Eau de toilette vs. Eau de parfum : quelle différence ?

Vous aussi, vous êtes souvent perplexe devant les multiples appellations des parfums ? Il y a parfois de quoi se demander si le résultat n'est pas issu d'un concours de linguistes : "Nommez ce flacon de dix façons différentes. Vous avez trois heures". 

Et pourtant, au départ, c’était simple ! Il y avait :

  1. L'eau de toilette : c'était le modèle de base, vendu dans un flacon avec un vaporisateur et c'était avec elle qu'on se parfumait "tous les jours".
  2. Le parfum : il était beaucoup plus intense, vendu dans un petit flacon qui coutait un bras, et on était censé déposer religieusement 2 ou 3 gouttes de cet élixir dans son cou et ne le mettre que pour des "occasions spéciales -  plutôt du soir les occasions spéciales".

Bref, on savait ou on allait, mais le chemin était très balisé, et certaines marques se sont dit que quand même, il pouvait être intéressant d'explorer des territoires situés entre ces deux extrêmes.

C'est comme cela que l’eau de toilette et le parfum ont eu un petit bébé, et l’ont appelé... eau de parfum ! Jusque là, on suit toujours : l'eau de parfum est plus concentrée que l'eau de toilette, et moins que le parfum. Petit à petit, l'eau de parfum a détrôné ses parents et est devenue l'appellation la plus courante...

Fleurs

MAIS ÇA, C'ÉTAIT AVANT

Parce que maintenant, c’est plutôt comme ça :

"Bonjour, vous avez Love is in the Air ?

"Oui, bien sûr, lequel ? L'eau fraîche, l'eau de toilette, l'eau de parfum, l'esprit de parfum, l'extrait de parfum, le voile de parfum, le parfum, le parfum de toilette ? (plus rare heureusement, parce que là, quand même, il fallait oser...).

On ne vous donnera pas de recette pour vous y retrouver, parce qu'il n'y en a pas vraiment ! 

Sous ces différentes appellations, on trouve des variations - parfois petites, mais parfois radicales -  autour d'un thème olfactif d'origine. Leur principale utilité est d'ordre commercial : animer la gamme,  la faire évoluer au fil du temps en fonction des attentes présumées des consommateurs, occuper de l'espace sur les linéaires. Ceci un peu de la même façon que le font les flankers (ex: Miss Dior, Miss Dior Chérie, Miss Dior Blooming Bouquet, etc).

D'ailleurs, cet exemple n'est pas cité au hasard, car les variations d'appellations autour de Miss Dior dont la version originale est mythique ont poussé plus d'une vendeuse de parfumerie à la démission ! Il faut savoir qu'en moyenne, un parfum identifié comme un "pilier de marque" est désormais décliné 6 fois...

Chez Bastille, on aime la simplicité. Nous ne vous proposons qu'une version de chacune de nos créations : l'eau de parfum, dont on a travaillé chaque concentration pour qu'elle soit parfaite, en fonction des différents ingrédients présents dans chacune de nos fragrances.

Simple is Better !


Photo : unknown.


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés