Faut-il se méfier des ingrédients de synthèse ?

À l'heure où la tendance est au green et au naturel dans tous les aspects de notre vie, on s'interroge sur les ingrédients artificiels de nos cosmétiques et nos parfums. Car oui, si vous pensiez que votre parfum était totalement naturel... c'est raté ! Pas de panique, on vous explique tout sur ces molécules de synthèse qui nous effraient tant.

Moderne, mais pas toute neuve

C'est au XIXème siècle que la synthèse vient bousculer l'industrie du parfum. Avec l'avènement de ces nouveaux ingrédients créés artificiellement par réaction chimique, les classiques de la parfumerie de l'époque (surtout des eaux de Cologne) sont rapidement remplacés par des fragrances inédites. Moins chères, les molécules de synthèse permettent de produire en plus grande quantité plus rapidement, et démocratisent le parfum en seulement quelques années. C'est le début de la parfumerie telle que nous la connaissons aujourd'hui !

Concrètement, à quoi sert la synthèse ?

D'abord, la synthèse permet de recréer à bas coût des odeurs qu'on trouve dans la nature : par exemple, la vanilline qui est naturellement présente dans les gousses de vanille, dont le coût a atteint des niveaux stratosphériques en raison d'années de récoltes difficiles et d'une demande mondiale en augmentation.

lilacsLa synthèse permet aussi d'extraire des composants d'un naturel : par exemple, à partir de la sauge on peut extraire de l'ambroxan, une molécule synthétique dont l'effluve ambrée se rapproche de l'ambre gris - un musc prisé qui provient du cachalot. Dans ce cas, on dit que la synthèse est d'origine naturelle. Vous nous suivez ?

Par ailleurs, la synthèse permet de répliquer la nature en laboratoire, quand il est impossible d'utiliser une odeur à l'état naturel. C'est là que ça se complique ! Vous connaissez peut-être l'odeur du lilas ou du muguet ? Malheureusement ces fleurs sont dites "muettes", ce qui veut dire qu'il nous est impossible d'extraire leur fragrance : leur rendement olfactif est trop faible, voire nul. Cela concerne en réalité une majorité des fleurs que nous connaissons... et la synthèse permet de recréer ces odeurs que l'on aime tant.

Enfin, la synthèse sert aussi à protéger les animaux. Historiquement, beaucoup d'huiles essentielles utilisées dans les parfums étaient d'origine animale (ce sont les fameux muscs, qui apportent tenue et sensualité aux parfums). Ces huiles étaient obtenues dans des circonstances rarement respectueuses du bien-être animal. Rassurez-vous, elles sont aujourd'hui interdites en Europe : on utilise désormais des muscs synthétiques pour laisser les animaux en paix !

À la recherche de l'odeur inconnue

Le but ultime de la synthèse reste tout de même d'élargir la palette du parfumeur. Et pour cela, la synthèse issue de la nature ne suffit pas : il faut faire appel à la véritable chimie artificielle pour créer de toutes nouvelles molécules odorantes, telles que les aldéhydes - apparus pour la première fois dans le N°5 de Chanel.

plantsVous allez nous demander : mais comment fait-on pour inventer une odeur que personne n'a jamais sentie ? Il faut plusieurs années de recherches complexes, pendant lesquelles les scientifiques vont expérimenter différentes réactions chimiques, souvent à partir de molécules issues de la pétrochimie (pas très glamour, on vous l'accorde).

Pour vous donner une idée, les grands acteurs du parfum investissent environ 10% de leur chiffre d'affaires dans leur département R&D ! Si autant d'argent est investi, c'est que l'enjeu est très important : une fois qu'une molécule de synthèse est développée par un acteur, celui-ci peut conserver le monopole dessus pendant 20 ans. Ce qui lui permet de créer de nouveaux parfums avec, mais aussi de vendre sa découverte aux concurrents - pour qu'ils l'utilisent à leur tour dans leurs propres parfums.

De nos jours, en moyenne plus de 60% des ingrédients d'un parfum sont synthétiques. Alors, pourquoi avons-nous décidé de faire autrement chez Bastille, et de limiter la synthèse à 5% dans nos formules ?

Pourquoi la synthèse fait si peur

Si nous avons choisi de prôner le naturel chez Bastille, c'est pour une bonne raison. Même si les molécules de synthèse sont très réglementées, elles peuvent parfois présenter des risques pour l'environnement, mais aussi pour notre santé.

Les molécules de synthèse étant souvent issues de la pétrochimie, leur fabrication met en oeuvre l'énergie fossile... et donc, polluent énormément. C'est pour cela que nous privilégions des ingrédients naturels. Attention cependant, on ne dit pas que déforester des parcelles entières pour produire de l'huile essentielle de santal n'a pas d'impact environnemental, au contraire ! D'ailleurs, pour nous assurer que nos matières premières sont produites dans le respect de la nature, nous avons choisi de travailler avec IFF LMR. Pionnier des matières premières naturelles, IFF LMR est engagé depuis 1983 dans le développement durable et travaille avec des petits producteurs locaux dans le monde entier pour nous fournir des ingrédients de qualité, cultivés dans le respect des hommes et de la planète.

labsPar ailleurs, les molécules de synthèse peuvent causer des effets néfastes pour la santé. Diverses analyses, notamment une étude de Greenpeace réalisée en 2005, ont montré que certains parfums contiennent des composants chimiques dangereux pour la santé. D'ailleurs, des molécules synthétiques sont régulièrement bannies des parfums à cause de doutes sur leurs effets perturbateurs endocriniens ou cancérigènes.

Dernier exemple en date : le lilial, qui était très utilisé dans les parfums pour représenter l'odeur du muguet. Il a été complètement interdit il y a quelques mois, après avoir été classé comme CMR (Cancérigène, Mutagène, Reprotoxique). Un bon nombre d'ingrédients sont maintenant classés CMR : vous pouvez d'ailleurs retrouver la liste sur le site de l'INRS.

Comment s'assurer que la synthèse est sans danger ?

En l'utilisant avec parcimonie et précaution. C'est pour cela que Bastille a mis en place un cahier des charges strict sur les 5% de synthèse que nous intégrons dans nos parfums : pas de perturbateurs endocriniens, pas de phtalates ni de parabènes, et bien évidemment pas d'ingrédients classés CMR !

Une autre solution pourrait être le développement de la chimie verte, qui utilise des coproduits agro-industriels (comme la pulpe de betterave ou la mélasse de sucre) à la place des traditionnels ingrédients d'origine pétrochimique. Un procédé naturel et une économie circulaire : tout ce qu'on aime ! Très coûteuse pour le moment car elle en est encore au stade expérimental, la chimie verte attendra probablement quelques années avant de venir (on l'espère) révolutionner le parfum.

On prend le réflexe "coup d'oeil sur l'étiquette"

perfumeVoilà, vous savez tout sur la synthèse ! Maintenant, vous vous demandez certainement comment savoir si votre parfum est naturel ou synthétique...

Le problème, c'est que d'un point de vue légal, le parfum est encore considéré comme un secret commercial. Il n'a donc aucune obligation de vous révéler les ingrédients qui le composent, en dehors des rares allergènes qui doivent obligatoirement être listés.

C'est en cela que la démarche de Bastille est pionnière : nous avons décidé d'être totalement transparents sur nos ingrédients, une petite révolution en parfumerie ! Nos formules sont disponibles sur notre site internet, et les ingrédients naturels et synthétiques sont clairement différenciés : comme ça, pas de secret entre nous.



On espère vous avoir éclairé(e) ! N'hésitez pas à nous écrire s'il vous reste des questions : hello@bastilleparfums.com. À très vite ! 



Crédits photo : Ashley KaneA Heart String, Jules Theret


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés