Grossesse : le parfum est-il un danger pour les femmes enceintes ?

Peut-on se parfumer pendant la grossesse, ou bien est-ce dangereux pour la femme enceinte et son bébé ?

Nous avons demandé l'avis d'Élisabeth Latour de Mareuil, sage-femme depuis plus de 35 ans, homéopathe et auteur d'ouvrages à destination du corps médical. Selon elle, se parfumer reste possible mais il faut être vigilante sur plusieurs aspects, et notamment celui des perturbateurs endocriniens. Nous espérons que vous trouverez cet entretien aussi passionnant que nous !

Bonjour Elisabeth ! Beaucoup de jeunes et futures mamans nous posent des questions à propos de l'utilisation du parfum pendant la grossesse. Commençons par le début :

Pourquoi est-on plus sensible à son environnement lorsqu'on est enceinte ?

On y est plus sensible pour plusieurs raisons. La grossesse est une période où les femmes commencent à s'interroger sur le devenir de leur bébé, et font attention à leur santé. Elles arrêtent l'alcool, les cigarettes... mais pas forcément certains produits du quotidien qui n'en sont pourtant pas moins dangereux. Je veux notamment parler de ceux qui contiennent des perturbateurs endocriniens.

photo de femme enceinte

En effet, la grossesse est un moment pendant lequel la question des perturbateurs endocriniens devient primordiale. Et ce n'est pas un hasard : pendant cette période, le système hormonal de la femme est soumis à rude épreuve, il est donc plus sensible aux perturbations.

Les perturbateurs endocriniens, dont la définition la plus claire remonte à 2016, sont des substances qui interfèrent avec la production, la libération, le transport, le métabolisme, l'action ou l'élimination des hormones qui régulent notre organisme. En réalité, ils ne jouent pas directement sur l'hormone, mais plutôt sur les protéines qui servent à valider l'action des hormones à tous les niveaux. Et comme les hormones concernent absolument tous nos organes, c'est notre corps entier qui est concerné par ces perturbateurs endocriniens.

Quels sont les risques des perturbateurs endocriniens pour les femmes enceintes, et où les retrouve-t'on ?

Les risques pour chacun sont désormais connus : ces perturbateurs induisent des effets néfastes sur la reproduction (allant jusqu'à l'infertilité), sur le métabolisme du corps, mais aussi sur sa croissance. De nombreuses pathologies y sont liées : certains cancers du sein, de la thyroïde, l'endométriose, les pubertés précoces... En matière d'infertilité, les chiffres ne cessent d'augmenter : aujourd'hui, 1 couple sur 4 consulte pour des raisons d'infertilité, et la moitié aura besoin d'aide pour avoir un enfant.

Dans le cas particulier des femmes enceintes, les perturbateurs peuvent traverser la barrière placentaire et avoir des impacts importants sur le développement de l'enfant. D'où l'inquiétude des futures mamans ! Ces risques potentiels ne sont pas forcément provoqués par la molécule elle-même, mais plutôt parce que celle-ci agit sur le fonctionnement attendu des hormones.

Les voies d'expositions à ces perturbateurs sont nombreuses pour les femmes enceintes :

  • l'alimentation :
    • à cause des pesticides, comme on l'a vu lors du scandale des bananes antillaises, dont les pesticides ont causé des naissances prématurées et des retards de développement dans les zones de culture ;
    • à cause de certains modes de cuisson des aliments ou certains types d'emballages, particulièrement plastiques ;
    • et même parfois naturellement : les aliments comme le soja ou le lin sont par exemple connus pour être des phytoestrogènes*.
  • l'inhalation : nous passons 80% de notre vie en espace clos. Nous y sommes exposés aux substances provenant des détergents et produits ménagers, des pesticides utilisés en jardinage ou dans les champs voisins lorsqu'on vit à la campagne, de certains parfums d'ambiance, peintures ou encore meubles à base de mélamine...
  • les cosmétiques : en moyenne selon UFC Que Choisir, les femmes utilisent 16 cosmétiques par jour. C'est énorme ! Dans ces cosmétiques, on retrouve de nombreux exemples de perturbateurs endocriniens - c'est le cas de certains conservateurs, par exemple. Il y a aussi les cosmétiques pour nourrissons, souvent destinés aux enfants avec des problèmes de peaux (eczéma, érythèmes fessiers...) qui peuvent aussi, en cas de peau fragilisée, traverser très facilement la barrière cutanée. Et bien entendu le parfum, dont nous parlerons plus tard. 

bébé dans un bainEn bref, entre l'envie de vouloir prendre soin de son enfant et l'omniprésence des perturbateurs endocriniens, la femme enceinte est confrontée à une situation délicate. Mon meilleur conseil pour prendre soin de votre enfant sans risque : utilisez de l'eau ! Inutile d'abuser des savons ou d'autres produits remplis de substances néfastes.

Les perturbateurs endocriniens sont donc présents partout, mais comment être certain des effets qu'ils vont avoir sur nous ?

C'est un sujet assez compliqué, car le système hormonal est spécifique à chaque individu. Ce qu'il faut retenir, c'est que la vulnérabilité est majeure au moment où les systèmes sont déstabilisés : la puberté, la grossesse évidemment, et la ménopause.

Il y a également un problème de mesure des effets dans le temps, parce qu'il existe des effets transgénérationnels. Par exemple, on a vu avec le scandale du Distilbène* qu'un perturbateur endocrinien peut continuer à avoir des conséquences sur les enfants et petits-enfants des personnes exposées (ce médicament interdit en 1977 est, aujourd'hui encore, à l'origine de naissances de petites filles sans utérus).

Enfin, les fameux "effets cocktails" rendent difficiles de prévoir comment ces substances vont interagir entre elles à la longue. En résumé, il est difficile de savoir avec certitude quelle substance va entraîner quel effet - et c'est exactement pour cela qu'il faut être particulièrement vigilante quand on est enceinte. 

Quel rôle joue l'odorat quand on est enceinte ?

pieds de bébéPendant la grossesse, l'une des premières modifications que rencontre la femme est l'hyperosmie : l'exacerbation de l'odorat.

Ce sens est un outil absolument primitif de discrimination de ce qui est toxique ou non toxique. D'ailleurs, votre premier réflexe quand une assiette est restée trop longtemps dans le frigo est de la sentir...

Les gènes humains sont capables de discriminer entre 5 000 et 10 000 composants olfactifs, sachant qu'on en répertorie environ 400 000. Au moment de la grossesse, la femme est particulièrement compétente pour discriminer certaines odeurs : le rôle de l'odorat est renforcé. C'est à mon sens, une certaine façon pour la future maman de se protéger.

De plus, l'odorat est particulièrement important pour nos émotions... car contrairement aux autres sens, l'odorat est le seul qui communique directement avec le cerveau limbique, siège de nos émotions, de notre mémoire et de l'affectivité. Il n'y a donc aucun retraitement, aucune rationalisation d'information entre le nez et le cerveau et c’est pour cette raison que les odeurs que nous sentons vous évoquent des souvenirs ou des émotions fortes.

Est-il possible de se parfumer pendant la grossesse ?

Il est tout à fait possible de se parfumer en période de grossesse. En revanche, comme il est encore assez difficile de savoir si un parfum contient des perturbateurs endocriniens ou non, il faut faire particulièrement attention aux ingrédients de la fragrance qu'on souhaite utiliser. Certains ingrédients synthétiques comme les additifs, conservateurs, solvants, stabilisants, voire certaines huiles essentielles utilisées en parfumerie sont en effet des perturbateurs endocriniens.

Comment savoir si mon parfum contient l'un de ces ingrédients nocifs ?

Pour cela, il y a deux étapes :

  1. Apprendre à déchiffrer les étiquettes de nos cosmétiques. Évitez par exemple à tout prix le phenoxyéthanol, présents dans vos crèmes visages, solaires, vos cosmétiques et dans les produits pour bébés (lingettes, laits de toilette...).

  2. Choisir des alternatives plus transparentes. Le problème, c'est qu'on ignore l'essentiel de la composition de son parfum, car elle est considérée comme un secret commercial. C'est une spécificité du parfum... même si certaines marques comme Bastille décident aujourd'hui d'être transparentes et de révéler leur composition, et s'engagent à formuler sans perturbateurs endocriniens.

cosmétiques

Enfin, vous pouvez vous renseigner à travers des applications comme Yuka. Mais de nouveau, en ce qui concerne les parfums ces applications n'ont pas accès à la liste complète des ingrédients : leur recommandation sera donc parcellaire. Il vaut mieux privilégier des produits qui donnent entièrement accès à leur liste d'ingrédients.

Pour apprendre à repérer et chasser les perturbateurs endocriniens de votre quotidien, retrouvez un article complet ici, issu de notre entretien avec la nutrithérapeute Marion Baudet.  

Y a-t-il des produits que vous déconseillez spécifiquement à vos patientes au début de la grossesse ?

Oui, les produits anti-vergetures. Ces produits sont voués à pénétrer la peau ; ils sont appliqués sur le ventre, donc avec une exposition transmembranaire directe pour le bébé tout proche. Or, ils sont bien souvent remplis d'excipients qui ne sont autres que des perturbateurs endocriniens. À leur place, je conseille à mes patientes de mettre de l'huile bio, à la composition simple et sans excipient !

Faut-il se parfumer sur la peau ou sur les vêtements quand on est enceinte ?

La réponse dépendra de la quantité de parfum qu'on utilise, et de l'état de la peau avant de se parfumer. Si votre peau est intacte et que vous vous parfumez en quantité raisonnable, a priori pas de problème. En revanche, les vergetures, les boutons, les éruptions ou les démangeaisons qui surgissent pendant la grossesse sont des signes de peaux fragilisées : dans ce cas, on oublie le parfum, et les produits aux compositions douteuses ! D'autant que la peau des femmes enceintes cicatrise très mal.

Pourquoi l'odorat est-il si important pour un bébé dès sa naissance ?

À la naissance, le bébé n'a pas encore développé tous ses sens. Il ne voit quasiment rien ; il entend bien, mais identifie assez mal ce qu'il entend. Concernant le toucher, c'est pareil : le bébé a passé 9 mois dans l'eau donc à la naissance, il découvre et apprivoise tout juste ce sens ! Pour le goût, c'est assez simple car notre sens est basique : nous percevons le sucré, le salé, l'acide, l'amer et l'umami, et le bébé arrive rapidement à les distinguer.

En revanche, pour l'odorat c'est un peu différent. L'olfaction fonctionne dès 5 mois de grossesse ! À sa naissance, le nouveau-né reconnaît donc les odeurs qu'il a senties intra-utero, et c'est grâce à ce développement de l'odorat qu'il parvient facilement à identifier sa mère et à se diriger tout particulièrement vers son sein.

photo d'une maman et son bébé

En effet, autour de l'aréole du sein se trouvent des "tubercules de Montgoméry", qui sont émettrices de phéromones. Ils apparaissent parfois très tôt mais augmentent en nombre et en taille dès le début de la première grossesse. A l'accouchement ces phéromones guident le bébé vers le sein, il est donc important de ne pas les rincer ni de les essuyer avant une tétée. Alors petit conseil aux futures et jeunes mamans : ne vous lavez pas trop le sein après l'accouchement, cela permet à votre bébé de vous reconnaître et de se diriger naturellement vers vous pour l'allaitement !

Est-il dangereux pour un bébé de respirer le parfum de son père ou sa mère ?

linge de maison et savon de marseilleCela peut l'être si la composition du parfum n'est pas bonne, ou bien si l'odeur est trop entêtante. Après quelques recherches à ce sujet, je n'ai pas été surprise de lire que les parfums aux notes plutôt capiteuses étaient les moins recommandés. Cependant, d'autres parfums aux compositions plus fraîches ne sont pas forcément mieux notés...

Si vous n'êtes pas sûre que votre parfum est "clean", je vous recommande donc d'éviter l'exposition répétée et précoce. Mais cela vaut pour d'autres produits odorants, comme la lessive dont l'odeur s'accroche au tissu et dure très longtemps.

Pour éviter les fixateurs nocifs, préférez utiliser du savon de Marseille en flocons, ou essayez-vous à la lessive do-it-yourself ! Et en règle générale, mettez 3 fois moins de lessive que les quantités indiquées par les fabricants, cela suffit amplement. 

Après la naissance, est-ce que le fait de changer de parfum peut perturber notre bébé ?

Les bébés (et même les enfants en grandissant) n'apprécient généralement guère que leurs parents changent de parfum. Comme leur cerveau fait un lien immédiat entre une odeur et la personne qui la porte, cela peut les contrarier s'ils ne retrouvent pas leurs repères rassurants. Il vaut donc mieux changer de parfum avant la grossesse, plutôt qu'après.

N'attendez pas pour passer à un parfum plus naturel, plus transparent et respectueux de votre peau et de la planète !

 

 

 

*Les phytoestrogènes sont des composés dont la structure et le mode d’action sont proches de ceux des oestrogènes que produit naturellement l’organisme. Ils peuvent perturber le bon fonctionnement des organes sur qui ces hormones agissent (seins, ovaires et testicules notamment).

**Le Distilbène est une oestrogène de synthèse qui a été prescrite à 200 000 femmes enceintes en France entre 1948 et 1977 pour prévenir les fausses couches. Cette molécule a provoqué des malformations génitales, des problèmes d'infertilité, et des cancers du col de l'utérus, du vagin et du sein.

****Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) est dû à un dérèglement hormonal d'origine ovarienne et/ou centrale (au niveau du cerveau). Il entraine une production excessive d'androgènes, en particulier de testostérone, habituellement produites en petite quantité dans l'organisme féminin.


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés