5 conseils pour comprendre les étiquettes de vos cosmétiques

Qui n’a jamais tenté de lire la liste des ingrédients au dos de ses cosmétiques, avant d’abandonner devant la complexité de la tâche ? Entre la taille de la police qui nécessite la vision d’un pilote de chasse, et les noms barbares des ingrédients (en gros, compréhensibles si vous avez fait un master en chimie), on se sent vite perdu quand on est néophyte. Et la date de péremption ? Avouez-le : vous la zappez, 95% du temps.

Bonne nouvelle, Bastille a quelques conseils pour vous permettre de décrypter tout ça sans faire trop d’efforts !

La légendaire liste INCI

Vous en avez peut-être déjà entendu parler : la liste INCI [prononcez INKI] est tout simplement la liste de tous les ingrédients qui composent un produit. Elle se trouve généralement au dos du packaging et est précédée du mot "ingrédients" en majuscule. Les marques de cosmétiques sont sujettes à une réglementation très stricte concernant l'étiquetage des produits : les ingrédients y sont listés dans l'ordre décroissant - enfin, seulement pour les produits dont la concentration est supérieure à 1%. Ceux dont la concentration est inférieure à 1% sont notés à la fin de la liste, dans un ordre quelconque. C'est pour cela que la plupart du temps vous retrouverez en premier lieu de l'eau - ou de l'alcool pour les parfums - puis, à la toute fin, quelques allergènes.

Ah bon ? Ça se périme ? 

Vous avez des crèmes qui traînent dans vos tiroirs depuis 3 ans, et vous ne vous êtes jamais posé(e) la question de savoir si elles étaient toujours utilisables ? Vous n'êtes pas seul(e). Beaucoup de gens l'ignorent, mais il n'y a pas que les produits alimentaires qui peuvent se périmer - vos produits cosmétiques aussi ont une date de péremption. Elle peut être indiquée de 2 façons :

Cosmetics in the bathroom

Soit, avec une date de péremption claire en mm/aaaa ou jj/mm/aaaa. Dans ce cas, pour une utilisation sans risque, vous pouvez garder le produit jusqu'à cette date maximum.

Soit, vous n'avez pas de date sur votre produit. Cette option est plus trompeuse car votre produit se périme quand même - la date est simplement indiquée sous une autre forme ! Le plus souvent, elle se trouve à l'arrière de votre flacon sous la forme d'un petit logo représentant une boîte ouverte et un chiffre, suivi de la lettre M. Ce chiffre est le nombre de mois à ne pas dépasser une fois que vous avez ouvert votre produit. Dans le milieu, c'est ce qu'on appelle la PAO - Période Après Ouverture. Ainsi, si vous avez 6M, vous pourrez conserver votre produit au maximum 6 mois après l'avoir ouvert... même si vous l'ouvrez dans 3 ans.

Cas particulier du parfum :
comme il est majoritairement constitué d'alcool, il se conserve très bien et en général, aucune date de péremption ou de PAO n'est indiquée. Vous pouvez considérer que pendant 2 ans, le parfum ne bougera pas, et qu'au-delà vous pouvez continuer à l'utiliser, mais un peu comme un grand vin, son arôme évoluera avec le temps. Il y a quand même quelques techniques pour bien le conserver, et comme on est sympas, on vous les indique toutes ici.

Naturel ou synthétique ?

Vous aussi, vous avez allègrement séché les cours de latin au collège ? Dommage, ça peut servir en matière de cosmétique. Heureusement là, pas besoin de comprendre le latin : juste de savoir le repérer. Et si on vous dit ça, c'est parce que c'est un moyen infaillible de différencier les ingrédients naturels des synthétiques dans vos cosmétiques !

Sur les listes INCI, tous les ingrédients naturels sont inscrits en latin alors que les substances chimiques sont indiquées en anglais. Par exemple, voilà le petit nom latin de la bergamote naturelle, présente dans notre parfum Hors-Piste : citrus aurantium bergamia. Et, à l'opposé, une note synthétique de violette sera nommée en anglais : alpha isomethyl ionone. Et voilà, vous êtes prêts pour l'interro surprise !

Faites la chasse aux indésirables

Il est difficile de savoir ce qui est bon ou pas dans ces listes où peu de noms nous parlent. On vous donne quelques moyen mémo-techniques pour déceler les produits les plus nocifs, et surtout les éviter :

  • Les sulfates : vous les trouverez facilement car ils comportent souvent le mot "sulfate". Ils sont utilisés comme agent moussants dans les gels douche ou shampoing et peuvent être irritants. Exemple : sodium lauryl sulfates (SLS)
  • Les silicones, plus dur à trouver, ils finissent souvent par "-methicone" ou "-siloxane" et servent à gainer artificiellement les cheveux. En plus, ils sont très peu biodégradables.... Exemple : cyclopentasiloxane
  • Les phtalates, pour la plupart interdits, sauf un en Europe : le diethyl phtalate. Il est encore utilisé comme fixateur dans les vernis à ongles et les parfums.
  • Les parabènes : assez faciles à repérer, ils se terminent par "-paraben" ou "-zoate". Exemples : parahydroxybenzoate ou propylparaben
  • Les colorants : un code de 5 chiffres, qui est parfois suivi de la couleur correspondante. Exemple : CI 19140/YELLOW 5

Woman and sun


Enfin, il reste quelques autres substances controversées pour leur effet à long terme sur la santé. C'est le cas des additifs antioxydants (BHA, BHT), des filtres anti-UV comme la benzophénone (très utilisé en parfumerie), des paraffines qui bouchent les pores de la peau, le formaldéhyde, ou encore le triclosan - un antibactérien souvent présent dans les dentifrices et les déodorants.

Et en parfum, ça donne quoi ?

C'est là que ça se complique : du point de vue du droit, les formules des parfums sont encore un secret commercial. C'est pourquoi vous retrouvez souvent le mot "Fragrance (Parfum)" dans les listes INCI de vos produits (votre parfum bien sûr, mais aussi votre gel douche, votre déodorant, etc.).

En fait, ce mot est un "mot-valise" qui renferme un nombre indéterminé d'autres ingrédients. Pas très transparent, tout ça... En réalité, la loi oblige uniquement les marques à faire figurer les allergènes sur le flacon : en général, ce sont des substances naturellement présentes dans les huiles essentielles utilisées en parfum et qui peuvent, dans de très rares cas, être allergisantes. Bien évidemment elles sont très réglementées et limitées, c'est pour cela qu'elles sont notées dans la liste INCI - souvent à la fin, car en petite quantité. Il en existe 26, dont le linalool, le citronellol, le géraniol, la coumarine, le citral...

plant shade

Chez Bastille, on a choisi d'être totalement transparents sur ce que vous mettez sur votre peau. Vous retrouverez sur nos fiches produits le détail de tous nos ingrédients, s'ils sont naturels ou synthétiques, et même un petit mot sur ce qu'ils sentent. Par exemple, on vous indique que le Schinus Terebinthifolia Seed Extract, c'est en réalité le petit nom du poivre rose.


Enfin, ne cherchez pas midi à quatorze heures : vous ne trouverez ni parabènes, ni phtalates, ni perturbateurs endocriniens dans nos formules ! C'est le sens de notre démarche : vous offrir le meilleur, en toute transparence.

 Et voilà, vous êtes devenu un(e) pro de l'étiquette et du choix éclairé de vos produits cosmétiques ! Vous pouvez désormais analyser vous-même ce que vous mettez sur votre peau, sans avoir besoin d'ouvrir un dictionnaire. Et si, comme nous, vous avez une mère très attentive à votre santé, n'hésitez pas à lui envoyer cet article pour la rassurer : vous savez prendre soin de vous !

--------

Crédit photo : Barely There Beauty Blog | Inconnu

Pour la liste des 26 allergènes, cliquez ici. 


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés