Le parfum des fleurs blanches : méfiez-vous des apparences

Qu’est-ce qu’une odeur “fleur blanche” en parfumerie ? Vous allez nous dire : facile, ça sent la fleur ! Certes, mais on parle ici plus précisement de toutes les fleurs aux pétales blancs. Parmi elles, la tubéreuse, le jasmin ou encore la fleur d’oranger - pour ne citer que les plus célèbres.

Prisées par les compositeurs de fragrances depuis de nombreuses années, les fleurs blanches sont utilisées pour leur élégance, leur innocence et leur pureté. Méfiance car les apparences sont trompeuses ! Sages de prime abord, ces fleurs dévoilent des facettes bien plus audacieuses qu’il n’y paraît. Charnelles, sensuelles parfois même entêtantes, elles peuvent aussi dégager des odeurs animales - voire narcotiques - car elles ont pour la plupart une molécule en commun : l’indole, une note animale naturelle. Alors, intrigué(e) ? Faisons ensemble un petit tout d’horizon de ces fleurs blanches faussement sages.

La tubéreuse

La tubéreuse fait rêver les amateurs de parfums aux senteurs florales. Elle est originaire d'Égypte et d'Inde, dans le sud du pays, où la culture des fleurs est une tradition populaire.

Cette fleur blanche peut exister sous sa forme naturelle en parfumerie. En revanche, faire le choix d’une tubéreuse naturelle pour composer une fragrance a un coût. Récoltée à la main, la tubéreuse est une fleur fragile qui demande un savoir-faire précis pour en extraire son absolue. De plus, c’est une fleur blanche au rendement très faible : comptez 2000 fleurs pour obtenir à peine 1kg d’absolue... Autant vous dire que ça fait un paquet de fleurs.

À l’origine obtenue par enfleurage, méthode ancestrale qui consiste à emprisonner les pétales de fleurs dans une couche de graisse animale afin d’en extraire l'absolue, on l’obtient aujourd’hui généralement grâce à l’extraction aux solvants volatils, méthode moins fastidieuse - et surtout vegan !

Une troisième option - beaucoup moins onéreuse - s’offre aux parfumeurs : celle de composer avec une tubéreuse dont l’odeur a été reconstituée grâce à la synthèse.

Quelle que soit la méthode employée, le résultat reste globalement le même : une odeur ultra sensuelle, crémeuse, miellée, solaire et très profonde. En faisant le choix de la synthèse, les parfumeurs peuvent choisir de privilégier une facette plutôt qu’une autre.

eau de parfum Pleine Lune de Bastille

Pourtant déjà puissante et capiteuse, son odeur se veut d’autant plus intense une fois la nuit tombée. Pour l’anecdote : cette fleur est tellement parfumée et narcotique, qu’en Italie durant la Renaissance, les jeunes filles n’avaient pas le droit de se balader dans les jardins car les tubéreuses qui s’y trouvaient leur auraient donné des idées apparemment pas très catholiques... On vous laisse imaginer !

Ses notes s'accordent également parfaitement avec d'autres fleurs. Le jasmin et la fleur d'oranger font notamment partie des fleurs blanches qui se marient le mieux avec la tubéreuse.

On retrouve d’ailleurs ce merveilleux mariage dans Pleine Lune, l’eau de parfum floral et très "fleurs blanches" de Bastille où la tubéreuse s’associe avec le néroli, la fleur d'oranger et le jasmin. Si vous voulez vous faire une idée de ce que ça sent, plongez le nez dans Pleine Lune, vous ne serez pas déçu(e) ! 

Le jasmin

Le jasmin est l'un des ingrédients rois des fabricants de parfums. Fleur blanche à la senteur pure, le jasmin peut se targuer d'avoir une relation de privilège avec l'univers de la parfumerie. On compte plus de 200 variétés de jasmin à travers le monde mais deux d’entre elles sont généralement utilisées pour composer : le jasmin Grandiflorum et le jasmin Sambac.

Jasmin

La première variété se cultive abondamment en Égypte, en Italie, en Inde et en France, notamment à Grasse, au côté de la célèbre rose centifolia. On reconnaît le jasmin Grandiflorum à son odeur opulente, riche, verte avec un aspect médicinal et des tonalités fruitées.

Quant au jasmin Sambac, la seconde variété de jasmin, elle vient majoritairement d'Inde et son odeur se caractérise par des notes plus animales, avec des nuances fruitées de banane mais aussi solaires de fleur d’oranger.

Sans distinction de variétés, le jasmin est une fleur blanche de premier choix pour la production d'eau de parfum, de parfum et d'eau de toilette - la nuance entre ces trois termes est parfois mince, mais réelle. En revanche, elle n’en reste pas moins une matière première onéreuse. L’extraction de son absolue, qu’il s’agisse du jasmin Sambac ou Grandiflorum (soit par enfleurage ou par solvants volatils comme pour la tubéreuse), demande beaucoup de temps et, comme pour la tubéreuse, un savoir-faire précis : la récolte se fait à la main, très tôt à l’aube afin de préserver la qualité du jasmin et demande une dextérité sans pareille ! Pour obtenir 1kg de fleurs, 10 000 fleurs sont nécessaires et pour 1kg d’absolue, comptez environ 4000€.

La fleur d'oranger

La fleur d'oranger est pour la parfumerie, ce que les herbes aromatiques sont pour la cuisine. Il y a toujours une bonne raison d'en faire usage.

Si elle est connue pour être originaire de l'Extrême-Orient, son essence et ses senteurs lui valent son expansion un peu partout dans le monde. Dans le bassin méditerranéen, dans les riches vallées d'Égypte comme dans les champs de fleurs d'Italie, la fleur d'oranger répond à l'appel des horticulteurs

Sa richesse et son succès résident dans sa capacité à produire 4 matières premières aux facettes olfactives bien différentes :

  • L’essence de néroli, obtenue par la distillation à la vapeur d’eau des fleurs - c’est d’ailleurs la seule fleur blanche à supporter cette méthode d’extraction -, est fraîche, lavandée, hespéridée, douce voire même poudrée. Vous pouvez d'ailleurs la retrouver dans Rayon Vert, notre nouvelle eau de parfum qui sent bon le printemps. Dans cette fragrance, le néroli exprime ses facettes hespéridées et apporte de la fraîcheur à la composition. 
  • L’essence de petit grain, elle aussi obtenue par la distillation à la vapeur d’eau mais cette fois des fleurs ET des feuilles, est plus verte, plus végétale et lavandée.
  • L’orange amère, dont on traite la peau par expression et qui donne l’essence d’orange bigarade a des facettes plus amères, plus zestées et acides.
  • Enfin, la fameuse absolue de fleur d’oranger. Obtenue par extraction aux solvants volatils son essence est plus intense, plus indolée/animale, sensuelle et narcotique que ses trois camarades.

Par sa polyvalence olfactive, la fleur d'oranger dresse naturellement un pont entre les odeurs et les émotions, faisant d’elle une fleur blanche très prisée des maisons de parfums. Elle forme par ailleurs, des associations de rêve avec d’autres fleurs blanches telles que le frangipanier, le gardénia et la fleur de Tiaré.

La fleur de Tiaré

Quand on parle du loup ! La fleur de Tiaré est une fleur exotique qui nous vient tout droit de Tahiti. Elle en est d’ailleurs l’emblème tout comme en Polynésie Française. Cette fleur blanche qui s'épanouit sous le climat tropical est bien connue de Bastille et de tout parfumeur. Son parfum vous rappelera à coup sûr vos vacances d’été. Car oui, le monoï qui vous accompagne sur les plages en été, ne provient pas de la fleur de monoï mais bel et bien de la rencontre entre la fleur de Tiaré et l’huile de coprah - ou de coco.

fleur de tiare

Naturellement, la fleur de Tiaré laisse échapper une odeur sensuelle dont les notes font voyager.

Obtenue grâce à l’extraction aux solvants volatils ou par une technique locale proche de celle de l’enfleurage (pour obtenir la fameuse huile de monoï), la fleur de Tiaré apporte aux compositions une senteur suave et enivrante aux nuances exotiques et solaires.

À l’état naturel, la fleur de Tiaré est souvent utilisée avec parcimonie : c’est une fleur avec du caractère qui nécessite d’être traitée avec beaucoup de délicatesse. Sinon son odeur naturelle après extraction peut se révéler très décevante. Dans ce cas, et comme pour les autres fleurs blanches, les parfumeurs peuvent aussi faire le choix de reproduire son odeur à l’aide de la synthèse.

La fleur de frangipanier

Très souvent confondue avec la fleur de Tiaré, la fleur de frangipanier est une fleur asiatique sacrée qui propose des effluves de vanille et d’amande qui sentent bon les vacances et le soleil.

fleur de frangipanier

Symbolisant la pureté de l'âme en raison de sa blancheur, la fleur de frangipanier apporte du soleil aux compositions.

Elle s’associe merveilleusement bien aux parfums fleuris notamment pour ses facettes gourmandes et poudrées, mais aussi bien avec les fragrances orientales pour ses notes ultra exotiques.

Au grand dam des parfumeurs, cette fleur sacrée ne délivre pas son parfum à l’état naturel. Autrement dit, c’est une “fleur muette” dont aucune méthode d’extraction ne parvient à extraire son parfum délicat. Les parfumeurs doivent donc la reproduire en procédant à une reconstitution de son odeur : un savant mélange entre matières premières naturelles (comme notamment l’ylang-ylang) et molécules de synthèse.

Le magnolia

Les terres fertiles de l'Extrême-Orient et de Chine voient éclore (de février à juin) une fleur à la douceur et à la senteur trempées. Il s'agit du magnolia, une fleur blanche qui, selon le moment de la période de floraison, va du blanc immaculé au rose en passant par le blanc rosé.

Cette fleur a le don d'attirer les insectes pollinisateurs, mais pas seulement. Les parfumeurs s'en servent aussi pour créer des fragrances enivrantes et voluptueuses. Ses notes solaires, vertes et presque agrumes font d’elle une fleur blanche mystérieuse prisée pour ses multiples facettes.

Eau de parfum Bataille de Bastille

Chez Bastille, maison de parfums naturels, vegans et made in France, le magnolia joue un second rôle irremplaçable dans Bataille. Cette eau de parfum aux notes principalement boisées livre le magnolia dans sa quintessence et apporte un côté vert et agrume à la composition. Les notes de tête, de cœur et de fond ont ensemble fomenté le coup parfait pour créer un parfum de caractère : un vrai combat entre l’eau et le feu.

Avec zéro ingrédient caché comme tous les parfums de la collection, Bataille restitue les qualités odorantes du magnolia : fraîche, verte, citronnée mais aussi solaire et légèrement vanillée.

Le gardénia

Blanc comme la neige lorsqu'il est au pic de sa floraison, le gardénia dégage une senteur qui s'imprime définitivement dans le subconscient. Il s'agit d'une fleur qui nous vient d'Inde, des Philippines, du Japon, de Chine et des États-Unis. Cette fleur blanche est appréciée dans le rang des parfumeurs pour son odeur qui se révèle inoubliable.

gardenia

Inoubliable à l’état naturel certes, mais son absolue obtenue à partir de l’extraction de la fleur de gardénia ne ressemble malheureusement en rien à ce que la nature nous laisse sentir.

Son odeur doit donc être reproduite en laboratoire à l’aide d’un mélange d’essences naturelles et de molécules de synthèse. Qu'à cela ne tienne, le gardénia apporte généralement des aspects verts, floraux, fruitées mais aussi boisées aux compositions.

L’ylang-l’ylang

Dernier voyage olfactif direction les tropiques avec la fleur d’ylang-ylang ! Originaire d’Asie du Sud-Est et plus particulièrement de l’archipel des Moluques situé à l’Est de l’Indonésie, cette fleur blanche est, pour ce pays, la “fleur des fleurs”. Aujourd’hui cultivée dans l’archipel des Comores et à Madagascar, l’ylang-ylang est tout particulièrement appréciée des parfumeurs pour sa richesse et sa puissance olfactive.

L’absolue de cette fleur ultra séduisante obtenue par distillation à la vapeur d’eau a une odeur bien différente de sa fleur fraîche. Très exotique, l’ylang-ylang est une matière première éxubérante, solaire, colorée tout en étant sauvage, narcotique et sensuelle. Son odeur est à mi-chemin entre le jasmin et la tubéreuse : florale, fruitée voire même épicée.

 Avec ses multiples facettes, l’ylang-ylang a un avantage de taille : celui de se marier à de nombreuses familles olfactives et compositions. Elle peut égayer des compositions florale plutôt “sages” en apportant de la profondeur et de la sensualité, adoucir les parfums très hespéridés ou accentuer les parfums aux notes musquées. Vrai couteau-suisse, l’ylang-ylang peut aussi accompagner les parfums fruitées avec sa facette exotique et peut tout à fait se retrouver dans les parfums orientaux pour sa facette plus crémeuse qui s’associe à merveille avec les notes épicées telle que la vanille.

Attention tout de même, car mal dosée, cette fleur blanche peut vite sentir la banane trop mûre ou pire encore réveler des notes médicamenteuses... pas dingue. Exprimer les bonnes facettes de l’ylang-ylang : un vrai travail d’équilibriste pour nos amis les parfumeurs !

Voilà, vous savez désormais tout de ces fleurs ultra mystérieuses et multi-facettes ! Alors quelles sont vos fleurs blanches préférées ?

------

Photos : Nick Prideaux, Yoann Leveque, Flavia Sistiaga et Inconnus


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés